roots.lu

 

Genealogical Data from Luxembourg

Wer die Vergangenheit nicht ehrt, verliert die Zukunft; wer keine Wurzeln hat, kann nicht wachsen ! (Friedensreich Hundertwasser)
If we do not honour our past, we lose our future. If we destroy our roots, we cannot grow !
 
HOME
 
Family books
Parish registers
Census 1766
 
Shop
Order
 
National Genealogical Day
Questions & Responses
Guestbook
 
Jeanne MEYERS-KAYSEN
Georges EICHER
Emile ERPELDING +
Jean Marie GUEIBE +
Norbert HAMES +
Henri KAUFMANN +
Charles THIELEN
Fons WILTGEN
 
luxroots.com
more favorites
 
our calendar
Pics Show
to become a member
buy at our Shop
0 user online
 
 
web Admin
 
 
Introduction
Vous savez bien que le Duch de Luxembourg du 18e s. avait une tendue beaucoup plus tendue, entre-autres avec les contres aujourdhui connues sous la dsignation de Luxembourg-belge. En faisaient partie, par exemple, les dcanats de Stavelot, dOuffet et de Bastogne. Du temps de limpratrice Marie-Thrse nous appartenions tous aux vastes Pays-Bas espagnols.

Les Aides et Subsides annuels de lancien duch de Luxembourg, contributions prtendument volontaires, slevaient en 1757 quelque 490.000 florins, mais ne touchaient presque exclusivement que les bourgeois et les paysans, sans inquiter ni la noblesse ni le clerg.

Dans un souci de justice dans la rpartition des charges, limpratrice avait ordonn ses sujets sans exception dtablir un relev de leurs biens terriers, afin de pouvoir fixer un taux de contribution sur les revenus respectifs de tout propritaire foncier, y compris les nobles et les curs. Le pays devait servir de cobaye en vue dintroduire ces mesures dans tous les Pays-Bas espagnols. Ceci constitue le Cadastre de Marie-Thrse proprement-dit.

Dans le mme souci et en complment de lenqute sur la proprit foncire, par dcret du 26 juillet 1766, le prince Charles de Lorraine, gouverneur gnral des Pays-Bas mridionaux ordonna les mesures prendre pour effectuer un dnombrement de la population du Luxembourg.

Le 5 aot de la mme anne le Conseil Provincial de Luxembourg chargea les curs de lexcution de cette charge dans leurs paroisses.
Un Comit pour le Dnombrement du Luxembourg prsid par le comte Philippe de COBENZL se chargea de lexcution de lordonnance et du rassemblement des listes. Afin de plaire au prince les listes authentiques furent recopies par le comit avec les fioritures dusage lpoque. Une suite un peu fcheuse de cette opration est une certaine inscurit voire des fautes dans la dnomination et lorthographe des localits, ce qui par ailleurs nous a caus pas mal de soucis. Ces listes des habitants des villages du Luxembourg nous occupent ici et sont souvent dsignes par erreur sous le vocable de Cadastre de Marie-Thrse.

Aujourdhui ces relevs existent toujours aux Archives dArlon et de Luxembourg: ils sont presque complets au nombre de 13, sauf celui du dcanat de Luxembourg en partie introuvable.

En tant que gnalogistes intresss qui veulent diffuser au mieux leurs connaissances dans cette matire intressante, les membres du site internet roots.lu ont dcid denregistrer ces listes sur ordinateur et de les publier. Lanne Luxembourg, et rgions limitrophes, Ville europenne de la culture 2007" nous semblait tre une occasion rve pour cette initiative multiculturelle. Jusqu prsent nous avons ralis trois des dcanats disponibles: Stavelot, Ouffet et maintenant Bastogne. Mersch est en chantier. Dautres bons amis belges sont en train de faire le mme travail pour Longuyon, Graide et Arlon.

Au document de Bastogne on dcouvre quelque 272 localits dont 17 au Grand-Duch actuel. Stavelot comprend 211 lieux avec 120 situs en territoire belge, 22 en Allemagne et 69 chez nous. Nos publications les regroupent dans un index facilement accessible. Quant aux index des patronymes ils sont prts pour la publication. Ce dernier doit en effet contenir pas moins de 43.500 individus.


Au point de vue gnalogique les relevs de ce dnombrement nous montrent que des noms que lon croyait bien de chez nous: ils se retrouvent en masse de lautre ct de cette frontire tellement artificielle. A les tudier on gagne une vue un peu plus raliste sur les grandes familles aux noms bien sonnants de notre petit univers. Leurs racines se trouvent trs souvent dans les parages frontaliers et leurs origines sont parfois des plus modestes. Nous pouvons dautant plus apprcier les efforts dascension de leurs anctres dans notre socit.

Comment se prsentent maintenant ces tableaux originaux de la population ?

Chaque paroisse est arrange part et nous fournit un relev distinct pour chaque localit. Le village est dpouill par maisons et dans chaque maison les hommes de plus et de moins de 16 ans figurent dans une colonne spare. De mme les femmes de plus et de moins de 14 ans. Les mtiers des hommes y sont numrs. En outre on nous signale le nombre de couples de la maison.

Vous devinez alors les manques et les reproches que lon peut formuler lgard de ce travail:
Trop souvent les noms de jeune fille des pouses ny figurent pas, tout comme les liens tellement intressants entre les membres de ces familles. Or la gnalogie vit par les donnes incompltes ! Ceci nous incite la recherche dans dautres documents: Livres paroissiaux, actes notariaux, livres de justice, etc. Quelle satisfaction de vrifier et de retrouver exactes les donnes de notre famille dniches et l !

En tout cas ltude de ces matricules de la population nous ouvre une vue nouvelle sur nos campagnes et leurs alentours immdiats. Cest un de ces travaux qui font se rapprocher les gens dune rgion. Et je crois que cest, au moins pour notre pays, un effort urgent faire et un manque dattention envers les gens de nos pays voisins quil sagit de complter au plus vite.  
Send to a friend

Top

  Recommend this website